Contrepèteries de salon : 34 contrepèteries sans tabou !

La contrepèterie est un jeu de mots consistant à permuter certains phonèmes ou syllabes d’une phrase afin d’en obtenir une nouvelle, présentant souvent un sens indécent masqué par l’apparente innocence de la phrase initiale. L’usage veut qu’on ne donne jamais la solution d’une contrepèterie, chacun devant la trouver lui-même. On dit qu’il faut être trois pour apprécier une contrepèterie : celui qui l’énonce, celui qui la comprend, et celui qui ne la comprend pas.

Si une contrepèterie classique se doit d’être vulgaire, grivoise, et à tout le moins inconvenante; dans le cas contraire, on parle de contrepèterie de salon ou contrepèterie sans tabou. En effet, s’agissant de contrepèteries convenables où ne se cache aucun mot « tabou », on peut donc sans crainte les traduire dans les salons. Une sous-catégorie de la contrepèterie de salon est la contrepèterie dite « belge », appelée ainsi car on retrouve exactement les mots de départ après permutation.

Aimable souventSable mouvant
Ce beau dînerSe bidonner
Ce grand mince est bien priséCe grand prince est bien misé
Coq au vinVeau coquin
Des grands dans les chaloupes Des groupes dans les chalands
Des voyelles en otage Des voyages en hôtel
Emmurer l’école Encoller les murs
J’ai du piment pour mes dix canardsJ’ai du pinard pour médicament
Je passe à MassyJe masse à Passy
Je vais chercher les choux du patelinJe vais chercher les poux du châtelain.
La philanthropieLa tripe en folie
La Terre, cette grande masseLa mer, cette grande tasse
La vie des motsL’ami des veaux
Le bras sur la chaise Le chat sur la braise
Le charmant PerséeLe marché persan
Le serment perchéLe marchand percé
Les assiettes de PicassoLes assauts des pique-assiettes
Les mots grecsLes gros mecs
Mieux vaut tard que jamaisVieux motard que jamais
OpéraApéro
Outrage du ventOuvrage du temps
Papy est grasPapa est gris
Partir, c’est mourir un peu Martyr, c’est pourrir un peu
Penser le changementChanger le pansement
Salut les copainsÇa pue les lopins
Sonnez, trompettes ! Trompez, sonnettes !
Terre abîméeMer habitée
Tu n’osais l’adorerTu l’as déshonorée
Un champ de cotonUn temps de cochon
Un gain de placeUn pain de glace
Un lien vaut mieux que deux tutoratsUn tien vaut mieux que deux tu l’auras
Un mot vacheUn veau moche
Un saint-nectaireUn nain sectaire
Une tache sur la voiture Une vache sur la toiture.

Laisser un commentaire