Proverbes tibétains : 110 formules de sagesse à connaître

La sagesse tibétaine issue du bouddhisme tibétain n’est pas une croyance ou une foi en des dogmes indiquant un chemin à suivre. Ce sont les exercices spirituels, les méditations et les contemplations qui permettent de clarifier son esprit et son cœur, laisser rayonner un amour sans limites et trouver sa voie.

Nous avons réuni quelques proverbes tibétains reflétant cette philosophie de vie.

Apprends comme si tu devais vivre pour toujours et vis comme si tu devais mourir ce soir!
Après avoir bu l’eau du pays, il faut obéir aux lois du pays.
Avec un cœur résolu, une souris peut soulever un éléphant.
Avec une volonté de fer, une souris peut renverser un éléphant.
Bavardage est écume sur l’eau, action est goutte d’or.
C’est un travail difficile que d’être la mère de nombreux porcelets.
Celui qui a le plus de qualités est comme un arbre chargé de fruits dont les branches s’inclinent près du sol.
Celui qui est rassasié pense à servir les dieux, celui qui a faim pense à voler.
Celui qui s’accroche aux petits bonheurs n’atteindra pas le grand bonheur.
Ce n’est pas le paysage qui est petit, c’est la fenêtre par laquelle on le regarde.
Cent hommes et cent femmes font un être humain parfait.
Chance qui dure est toujours suspecte.
Chaque réussite commence par un rêve.
Chercher le bonheur en dehors de nous c’est comme attendre le soleil dans une grotte orientée au Nord.
Connaître ses propres limites est signe de sagesse.
D’un pot vide rien ne peut être versé dans un autre récipient vide.
Donnez aux gens plus que ce qu’ils attendent de vous et faîtes-le avec plaisir.
Fais ce que tu as à faire sans t’occuper de ce que les autres pourront penser.
Faites comme l’arbre, changez vos feuilles et gardez vos racines. Changez vos idées et gardez vos principes.
Faites confiance aux hommes, mais verrouillez toujours votre porte à clé.
Gardez toujours à l’esprit votre poème préféré ou une phrase qui résonne en vous.
Guéris la maladie qui n’est pas encore une maladie.
Il faut apprendre à se relever après la chute.
Il n’est pas de maladies incurable, seulement des personnes incurables.
Il n’y a pas de honte à poser des questions, sauf pour ceux qui ont honte de vouloir progresser.
Il vaut mieux avoir vécu vingt-cinq jours comme un tigre qu’un millénaire comme un mouton.
Il vaut mieux voir une fois qu’entendre de nombreuses fois.
L’eau est dans la bouche avant le festin; l’eau est dans les yeux quand quand viennent les dettes.
L’essence de l’esprit est l’espace, il n’y a rien qui le retient à la fin.
L’homme sage cherche la connaissance, le fou suit le rapport des autres.
L’imagination guérit le chaos du cœur.
L’espoir ni la peur ne peuvent agir sur le temps qu’il fait.
L’homme jeune marche plus vite que l’ancien. Mais l’ancien connait la route.
La bonté parle dans un murmure, le mal cris.
la crédulité mène à la crédulité qui se termine en hypocrisie.
La jeune pie qui tire les plumes de sa mère pense faire preuve de gratitude.
La liane parvient au sommet d’un grand arbre en s’appuyant sur lui.
La lune s’obscurcit en se rapprochant au soleil.
La maladie est un avertissement qui nous est donné pour nous rappeler à l’essentiel.
La médecine qui guérit n’est pas toujours douce et les mots qui soignent ne sont pas toujours agréables.
La parole doit être vêtue comme une déesse et s’élever comme un oiseau.
La richesse de l’homme sage réside dans les bonnes actions qui le suivent.
La santé de l’intérieur se voit à l’extérieur.
Le père peut bien être un cheval et son fils une mule.
Le plus grand art est l’art de vivre une vie ordinaires d’une manière extraordinaire.
Le secret pour bien vivre et longtemps est : manger la moitié, marcher le double, rire le triple et aimer sans mesure.
Le sentier est unique pour tous, les moyens d’atteindre le but varient avec chaque voyageur.
Le voyage apprend la tolérance.
Les bonnes personnes sont louées partout où elles vont.
Les chiens n’aiment pas le bâton, les hommes n’aiment pas la vérité.
Les collines ne peuvent se comparer aux montagnes.
Les grands amours et les grandes réussites impliquent toujours des grands risques.
Les hommes perdront toujours la bataille contre le choléra et la bureaucratie.
Les mille brillants accomplissements du passé ne peuvent servir aujourd’hui.
Les vrais chefs doivent savoir désobéir.
Lorsqu’il est libre, l’esprit est naturellement serein, de même que l’eau non agitée est par nature limpide et claire.
Lorsque la mort a sonné, vous vous réjouissez, et le monde pleure.
Lorsque nous remplissons notre tête de bonnes choses, les mauvaises choses n’ont pas la place d’y entrer.
Lorsque vous êtes en désaccord avec vos proches, ne remuez pas les événements passés.
Lorsque vous perdez, essayer d’apprendre la leçon.
Mange selon la hauteur de ton sac à provisions, marche selon la largeur de ton pas.
Manger trop de douceur fait perdre la conscience de la douceur
Mieux que la connaissance du jeune homme est l’expérience du vieil homme.
N’interrompez jamais les autres quand ils font l’éloge de quelqu’un.
Ne connaitre qu’un seul mot de sagesse est comme connaître une centaine de mots ordinaires.
Ne croyez pas tout ce que vous entendez.
Ne fais pas confiance à l’homme qui regarde ton bol de riz.
Ne riez jamais des rêves d’autres personnes, ni ne les découragez pas de les poursuivre.
Ne vous mêlez pas des affaires des autres et ne donnez pas de conseils en vain.
Nos meilleurs maîtres sont ceux qui nous font souffrir le plus.
Nul besoin d’abattre un arbre pour en obtenir les fruits.
On ne parvient pas au cinquième étage sans avoir commencé par le rez-de-chaussée.
On ne saurait choisir un ami à la façon dont un chien se précipite sur un morceau de viande.
On ne sort pas de la misère en perdant courage.
Parfois, le silence est la meilleure réponse.
Passez chaque jour au moins quelques minutes seul en réfléchissant sur vos actions.
Plante de riz quand le sol est prêt, séduis les femmes quand tu sens la passion.
Pour changer le monde, il faut d’abord changer soi-même.
Quand deux chemins se présentent à toi, prends le plus difficile.
Quand la mort arrive, un roi assis sur son trône en or et un mendiant sont égaux.
Quand le vieux chien aboie avec raison,les chiots aboient sans raison.
Quand on écoute un parti, on est ignorant ; quand on écoute deux partis, l’esprit s’éclaircit.
Quand tu arrives en haut de la montagne, continue de grimper.
Quand vous savez que vous avez commis une erreur n’essayer pas de le cacher. Au contraire, faîtes-y face et essayez de trouver une solution rapide.
Qui arrive à te blesser a trouvé ta faille.
Qui mange trop de sucre ne reconnaît plus le goût du sucre.
Qui n’a pas connu le malheur ne peut ressentir le bonheur.
Qui par son erreur a chuté, doit apprendre seul à se relever.
Qui peut dire avec certitude qu’il vivra demain ?
Qui s’entête à rechercher la prospérité, ne la trouvera pas
Qui sauve une vie, sauve le monde entier.
Quoi que vous voyiez, entendiez, pensiez et ressentiez, continuez à avancer. Si vous continuez à avancer, vous finirez là où vous voulez aller.
Rappelez-vous toujours que tous les désirs ne peuvent pas devenir réalité.
Respectez vos aînés, ils sont passés par où vous devez traverser aujourd’hui.
Respectez-vous, respectez les autres et assumez la responsabilité de toutes vos actions.
Sans l’aide d’une femme, un homme ne peut pas monter une tente.
Sème de bons grains et tu auras une bonne récolte, sèmes en de mauvais et ta récolte sera mauvaise.
Seule une certaine quantité de fleurs rend beau le bouquet.
Si l’esprit intérieur n’est pas salis, les actions extérieures ne seront pas mauvaises.
Si le problème a une solution, il ne sert à rien de s’inquiéter. Mais s’il n’en a pas, alors s’inquiéter ne change rien.
Si tu arrives au sommet de la montagne, continue de grimper.
Si tu ne fais pas ton propre bonheur, les gens se chargeront de faire ton malheur.
Si tu ne peux le combattre, embrasse ton ennemi.
Si un problème a une solution, alors il est inutile de s’inquiéter; s’il n’en a pas, s’inquiéter n’y changera rien.
Si vous gagnez plus d’argent que ce dont vous avez besoin, utilisez-en un peu pour aider les autres.
Si vous ne savez pas où vous êtes, n’importe quel chemin fera l’affaire.
Un enfant sans éducation est comme un oiseau sans ailes.
Un homme sage rempli d’abord son cerveau avant de vider sa bouche.
Un seul chien qui aboie fait plus de bruit que cent chiens qui se taisent.
Voyager, c‘est rencontrer d‘autres paysages, mais surtout d‘autres personnes, d‘autres manières de vivre, de penser. C‘est remettre en question ses certitudes, ses croyances, ses habitudes.

En savoir plus sur L'ABC DU FRANÇAIS

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

Laisser un commentaire