Les différentes couleurs d’humour

Modes de pensée et états d’esprit qui peuvent devenir un mode de vie, les différents types d’humour ont fait l’objet d’une classification originale selon leur couleur par l’essayiste et professeur d’esthétique Dominique Noguez dans l’arc-en-ciel des humours.

Selon ce dernier, il existerait ainsi :

  • un humour jaune. Forme d’auto-dénigrement, il est à la limite de la mélancolie. Autodérision, auto-ironie, il est la marque d’un faux détachement, alliage de rires et d’un malaise évident.

Exemple : «Suis chauve de naissance par pure bienséance.» (Erik Satie)

  • l’humour noir est du côté du macabre, du scandale et de la mort. Avec pour cible, la misère, l’obscénité et le côté noir de la vie, il est pur, choquant et funèbre. Se moquer de la mort permettrait de la tenir à distance ou de se faire à son idée. L »humour noir permet ainsi d’affronter les pires épreuves de la vie tout en gardant une conscience aiguë des évènements.

Exemple : «L’amputation de la jambe est un grand pas vers la sédentarité.»

  • l’humour violet a trait à la religion:

Exemple :«Adam et Eve sont nés à Quimper.» (Max Jacob)

  • l’humour gris est du côté de la grisaille quotidienne.  Les adeptes d’humour gris, dérivé de l’humour noir, ont « cette façon enjouée d’être déprimé ». Les grands thèmes de l’humour gris sont le présent maussade, les ratages, l’avenir incertain, la solitude sexuelle, les dépôts de bilan, les fiascos en général, …L’humoriste en gris est fasciné par les minuscules détails du quotidien, tous les riens de la vie. Ce sentiment d’inconfort social est partagé entre l’humoriste gris et les rieurs.

Exemple : «Bien que vivant seul, il s’était fait faire un rond de serviette à son nom.» (Dominique Noguez)

  • l’humour rouge est la «couleur que prend le noir quand le malheur dont il ricane ne vient pas de Dieu (ou de la Nature) mais des hommes. Il est par là relatif, évitable».  L’humoriste rouge manifeste la volonté d’intervenir, de réformer, de changer la société. Il s’engage sans prendre une posture de supériorité, sachant rester philanthrope tout en étant pas dupe.

Exemple :«La très belle phrase de Marx, Prolétaires de tous les pays, unissez-vous, ne résiste plus à une cuisine en formica.» (Raymond Borde)

  • lhumour rose est du côté de l’atténuation sentimentale.

Exemple : «Quand les fausses notes étaient trop fausses, elle disait alors d’une voix plaintive, abstraitement, comme un ordre discret qu’elle eût donné à un esprit: Il faudra faire venir l’accordeur; Mais l’esprit ne faisait pas la commission.» (Gide)

  • l’humour vert est du côté de la fausse naïveté (le «vert paradis des amours enfantines»). C’est prendre les choses de très haut.

Exemple: [Madame Rosa] n’avait pas de taille et les fesses chez elle, elles allaient directement aux épaules, sans s’arrêter. Quand elle marchait, c’était un déménagement.» (Romain Gary)

  • l’humour bleu est du côté de la fantaisie et du rêve, voire de l’absurde (référence aux «contes bleus»). Il consiste à présenter ce qui ne va pas de soi comme allant de soi. Il déclenche des fous rire par les extravagances qu’il manie et les détails cocasses qu’il désigne.

Exemple : «Dans un récipient contenant de l’air sous une pression de trois atmosphères et soumis à une très basse température, la terre fournit l’aiguille à tricoter. En augmentant la pression et en diminuant la température, on a le merle, le berceau, le petit pois et l’horrible motocyclette.» (Benjamin Péret)

  • l’humour caméléon est du côté de la parodie.

Exemple : «Il était une fois un roi, une reine, un huissier et un serpent à sonnettes. Comme la reine avait des dettes, l’huissier vint le trente et un octobre pour la saisir. Mais le serpent à sonnettes avala complètement l’huissier et ils eurent beaucoup d’enfants.» (Henry Somm)

  • l’humour blanc est la tendance à l’atténuation, la relativisation, la minimisation commune à tout humour.

Exemple : L’humoriste blanc fait acte de modestie : il reste profondément humain et exprime la vanité des choses, avec la plus grande humilité. «je ne plie le genou devant rien ni personne: j’ai de l’arthrose.» (Scutenaire)

Il existe de nombreuses formes d’humour qu’il soit lourd, léger, fin, subtil, grivois, insensé. En effet, tout le monde n’est pas sensible au même type d’humour.

Attitude existentielle, moyen de défense face aux situations angoissante, forme d’intelligence sociale et manière de voir le monde, Dominique Noguez nous rappelle que l’humour peut prendre toutes les couleurs de l’arc en ciel.

Bibliographie : L’arc en ciel des humours de Dominique Noguez chez Gallimard


En savoir plus sur L'ABC DU FRANÇAIS

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

Laisser un commentaire