"vive" ou "vivent" les mariés, les vacances

« Vive » ou « vivent »…les mariés/les vacances?

On hésite parfois devant des noms au pluriel à écrire « vive » ou « vivent ». Qu’en-est-il ?

Origine et signification :

À l’origine, « vive » et « vivent » sont des formes du subjonctif présent du verbe « vivre ».

Exemples : « il faut que la France libre vive »/ « Il importe que les personnes vivent leur jeunesse ».

Elles expriment un souhait de longue vie en l’honneur de quelqu’un ou une admiration, une expression de joie, un accord envers quelqu’un ou quelque chose.

Devant des noms au pluriel, les deux formes « vive » et « vivent » sont correctes :

Même si «on a parfois voulu distinguer deux cas : les noms de personnes [avec lesquels l’accord se ferait] et les noms de choses, avec lesquels le verbe resterait invariable», remarque l’Académie française; «l’usage littéraire contredit cette volonté». Ainsi, on peut tout aussi bien lire l’accord que l’invariabilité.

Employées comme interjection, les formes au singulier « vive » et au pluriel « vivent » placées devant des noms au pluriel sont correctes; et ce, même si le pronom relatif « que » est absent.

Exemples : vivent les vacances (= que vivent les vacances ou que les vacances vivent) / vive les vacances (je me réjouis, je suis en vacances)

De la même façon, on pourra dire vive(nt) les mariés/vive(nt) les congés payés !

Utilisée plus comme une exclamation joyeuse que comme un souhait de longue vie, la forme au singulier est devenue la plus courante :

Même si l’usage du pluriel est correct (comme c’est le cas en latin où l’on a vivat et vivant), on rencontre surtout la forme au singulier. En effet, « vive » est aujourd’hui plus perçu comme un terme exclamatif invariable (valeur prépositionnelle) que comme un verbe variable traduisant un souhait de longue existence.


En savoir plus sur L'ABC DU FRANÇAIS

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

Laisser un commentaire