Les différents procédés explicatifs


Les procédés explicatifs sont des moyens permettant de donner une explication claire, par exemple de termes précis et savants ou de concepts complexes. Il peut s’agir de procédés de style ou de procédés linguistiques.

Les procédés de style
La comparaison
La comparaison met en parallèle deux réalités en soulignant leurs ressemblances ou leurs différences.
Une ressemblance peut être introduite par les termes : « pareil à« , « semblable à« , « comme« , « de même que« , « ressemble à« , « s’apparente à« , « tout comme« , « de la même façon que« , etc.
Exemple : « Ce que Gide appelait la jeunesse ne se limitait pas aux jeunes gens, de même que la grande chrétienté ne se limita pas toujours aux fidèles. »
Une différence peut être introduite par les termes : « contrairement à« , « alors que« , « à l’opposé« , « parallèlement à« , etc. ​​
Exemple : « Contrairement aux Grecs, les Romains ne sacralisaient pas la liberté d’expression. »
L’illustration
L’illustration permet d’imager les explications. Il peut s’agir d’un court document écrit, d’une photo, d’un schéma, d’une carte ou d’un graphique.
La définition
La définition consiste à donner le sens d’un mot à l’intérieur d’un texte. Elle est souvent encadrée par des virgules, des tirets ou placée entre parenthèses. Elle peut être précédée par « c’est-à-dire » ou les verbes « être« , « désigner« , « signifier« , etc.
Exemple : Au moyen âge, la rareté du parchemin rendit commun l’usage des palimpsestes (parchemins dont on a effacé la première écriture pour pouvoir écrire un nouveau texte)
La reformulation
La reformulation est la reprise d’une explication sous une forme différente, souvent avec des termes plus simples afin de rendre la compréhension plus facile.
La reformulation peut être encadrée par des virgules ou introduite par les termes « c’est-à-dire« , « en d’autres termes« , « autrement dit« , « ce qui veut dire que« , etc.
Exemple : beaucoup de grammairiens ont agité la question de savoir si, dans la déclinaison des mots, il faut suivre la dissimilitude ou la similitude, c’est-à-dire, en d’autres termes, l’anomalie ou l’analogie.
L’exemple
L’exemple est une illustration concrète du propos permettant de faire comprendre une notion à partir des expériences ou des connaissances du lecteur.
Il est introduit par des expressions comme « tel que« , « par exemple« , « comme« , etc.
Exemple : Les agrumes tels que l’orange, le citron ou le pamplemousse contiennent beaucoup de vitamine C.
La fonction
La fonction est le rôle joué par un élément dans son ensemble.
Exemple : la boussole est un intsrument qui permet de se diriger.
L’énumération :
L’énumération permet d’énoncer successivement une liste d’objets ou d’idées.
Exemple : cet élève est en classe de 5 ème, au lycée Charlemagne, à Paris …
L’analyse :
L’analyse permet de donner les constituants d’un objet.
Exemple : un vélo se compose d’un cadre, de deux roues, de freins,…

Les procédés lingusitiques
Le discours rapporté
Le discours rapporté direct et indirect permet de citer directement ou indirectement les paroles d’un spécialiste afin de mettre en lumière des informations tout en leur conférant de la crédibilité.
Exemple : Ce spécialiste d’art contemporain est d’avis que les peintures des artistes hawaïens vont connaître une envolée de leur valeur.
La subordination
La subordination permet de montrer le lien de sens qui unit des idées. Elle est utile pour exprimer brièvement une déduction, un rapport logique. Dans un texte explicatif, elle peut mettre en lumière une structure cause-conséquence.
Exemple : Les images de la rue sont enregistrées de sorte que des infractions éventuelles peuvent être mises en évidence a posteriori.
Les notes de bas de page
Les notes de bas de page permettent de préciser le contexte de certains propos
Les différents types et formes de phrases
Les différents types et formes de phrases, comme les phrases de forme emphatique, sont utiles pour mettre l’accent sur certaines informations.
Exemple : c’est l’éclairage qui permet de mettre en valeur les tableaux dans la pièce.
Les mots « c’est » et « qui permet » concourent à construire une phrase emphatique mettant l’accent sur l’importance de l’éclairage.



Laisser un commentaire